Zoom sur les services d’un spécialiste en mécanique de précision

Il est important de connaître tous les services d’un spécialiste en mécanique de précision avant toute prise de décision. Une chose est sûre, ces derniers sont multiples. De plus, ils s’adaptent à tous les besoins. Afin d’éviter les mauvaises surprises, il vaut mieux se tourner vers un prestataire qualifié et expérimenté.

Quelles sont les prestations proposées par un spécialiste en mécanique de précision  ?

La réalisation des outillages de presse est l’une des spécialités d’un prestataire en mécanique de précision. Ils sont entièrement dédiés à l’emboutissage. Il s’agit d’une technique de fabrication où une feuille de tôle plane et mince sera employée pour obtenir un objet ayant une forme que l’on ne peut pas développer. Une entreprise d’usinage peut également s’occuper de la réalisation de pièces mécaniques de précision. Elle est dotée d’une certaine expérience en découpage, en emboutissage et en formage. Pour mener à bien ses missions, tout spécialiste en mécanique de précision utilise des machines spécifiques. D’un point de vue concret, elles sont indispensables pour l’usinage des pièces unitaires et en série.

La sous-traitance : un incontournable dans le secteur de la mécanique industrielle

La sous-traitance consiste pour une société donneur d’ordre à recourir aux services et aux salariés d’une autre enseigne pour exécuter une mission. Une telle pratique présente plusieurs avantages dans le secteur de la mécanique industrielle. Le point complet  dans le présent article.

Quels sont les avantages de la sous-traitance ?

À l’heure qu’il est, la sous-traitance devient une pratique de plus en plus sollicitée. C’est une démarche dans laquelle une entreprise délègue, sous sa responsabilité, à un autre organisme local ou étranger une partie d’un marché. Elle peut, entre autres, faire réaliser ses pièces mécaniques à un établissement tiers afin de bénéficier d’une meilleure fonderie aluminium, par exemple. Cela permet non seulement de profiter d’une mutualisation des compétences, mais aussi de ressources matérielles et techniques. Le donneur d’ordre évite ainsi le sureffectif en interne. Il n’est pas obligé de faire une embauche supplémentaire pour un tel ou tel poste. C’est très pratique et plus économique dans le cadre d’un projet temporaire.

Les avantages de recourir à l’impression 3D

Presque toutes les grandes entreprises connaissent les avantages d’opter pour l’impression 3D. Il s’agit en effet d’une révolution industrielle qui est devenue très tendance et qui promet vraiment la qualité, car elle utilise de bonnes technologies, telles que la stéréolithographie SLA, le multi jet Fusion MJF et le dépôt de fil FDM.

Ajouté à cela, les matériaux utilisés par les prestataires d’impression 3D sont des matériaux bien réfléchis, comme : les résines industrielles, les poudres industrielles de type PA12 ou PA-GF et les filaments industriels de type ABS, PA-Carbone et PETG. Sans parler des finitions qui obéissent à des normes strictes et qui sont irréprochables.

Comment protéger et redonner vie aux pièces métalliques ?

Si vous souhaitez redonner vie à vos vieux métaux, il vous est conseillé d’opter pour le thermolaquage. C’est en effet une technique efficace pour lutter contre la rouille et aussi pour bénéficier de résultats brillants et durables. Il convient de rappeler que le thermolaquage est un procédé qui consiste à recouvrir une pièce métallique avec une peinture spéciale.

La plupart des gens l’utilise pour redonner un aspect neuf à leurs équipements extérieurs, notamment aux portails, aux meubles de jardin et aux garde-corps, qui sont placés dans des conditions difficiles, mais il n’y a pas de mal non plus à l’appliquer sur des objets métalliques intérieurs.

Comment assurer la communication visuelle de l’entreprise ?

Si vous voulez imposer une image de marque, il est important que vous vous concentriez sur l’identité visuelle de votre entreprise. C’est en effet la base de toute communication et c’est aussi un moyen de démontrer votre personnalité et de vous démarquer de vos concurrents. Mais la question qui se pose est de savoir comment pouvez-vous êtes reconnu comme vous le souhaitez auprès des consommateurs ?

Qu’est-ce que la filtration industrielle

La production de substances résiduelles et polluantes dans l’air et l’eau ambiants est le propre de l’activité industrielle. Afin de purifier l’air et l’eau viciés pour qu’ils puissent être réutilisés ou évacués sans empoisonner l’environnement, un procédé comme la filtration industrielle est à mettre en œuvre.

Le choix de la filtration industrielle

Deux procédés majeurs permettent d’effectuer la purification des fluides en milieu industriel, à savoir la sédimentation et la filtration. La filtration industrielle sera choisie dans la mesure où elle est plus rapide que la sédimentation pour séparer les constituants d’un mélange fluidique, notamment liquide. Si ce n’est pas pour recycler le liquide, la filtration permet de l’évacuer dans les respects des exigences environnementales. Le solide sera cristallisé pour être proprement éliminé. Les filtres dont le procédé a besoin vont dépendre des caractéristiques physiques et chimiques des fluides et des solides qu’elle aura à traiter.

Les différents outils de filtration

La filtration peut se faire avec des matières poreuses comme le charbon, la porcelaine, le silice et certains métaux, avec des milieux filtrants pulvérulents comme le sable et le diatomite ou encore avec les accessoires filtrants tels que les tissus en téflon ou en nylon, les toiles métalliques et les textiles en coton. Tout dépend des caractéristiques des éléments à éliminer ainsi que du débit du fluide à filtrer. Le procédé utilisé sera alors le filtrage continu avec du filtre à bande sans fin ou avec du filtre rotatif à tambour ou bien le filtrage discontinu avec du filtre presse ou un filtre Nütsche.

Les techniques usuellement utilisées

Plusieurs techniques permettent de capturer les substances à éliminer. Il y a la filtration par gravité qui laisse le liquide s’échapper vers le bas cependant que le filtre retient les particules solides indésirables. Il y a la filtration sous pression réduite qui est basée sur le même principe mais renforcée par une pompe à vide qui aspire le liquide. Il y a la filtration par surpression qui s’adapte plutôt aux substances en suspension. Pour gérer la filtration compte tenu de l’épaississement progressif du sédiment de particules sur la matière filtrante, on procède soit par filtration à pression constante se traduisant par une réduction progressive de la vitesse de filtration, soit par augmentation progressive de la pression pour produire une filtration à débit constant.
Plusieurs procédés et types de filtres sont disponibles auprès des spécialistes des systèmes antipollution mais une entreprise choisira ceux qui s’adaptent à son secteur d’activité et surtout aux particules résiduels et polluants qu’elle produit dans les différentes étapes de son activité.

Comment faire le bon choix de cellules solaires

Un panneau solaire vaut-il un quelconque autre ? La réponse est non puisque les panneaux diffèrent les uns des autres essentiellement par les caractéristiques de leurs cellules. Comment bien choisir celles qui conviennent à votre projet de panneau photovoltaïque ?

La nature et le rôle de la cellule solaire

La cellule solaire est le composant élémentaire de tout panneau photovoltaïque. Sa matière principale est le silicium que le rayon lumineux frappe afin de libérer des électrons. La mise en circulation des électrons libérés, et donc du courant, se fait par un circuit conducteur en boucle. Une cellule a une tension, une puissance et un taux de rendement. 10 % de rendement pour le silicium polycristallin et 15 % pour le silicium monocristallin. C’est de la quantité et des dimensions de ses cellules raccordées entre elles dont dépend la puissance d’un panneau solaire donné.

Les différents types de panneaux solaires

Un panneau est fait de cellules solaires et il y a des différences majeures au niveau des cellules. Il y a les cellules en silicium polycristallin et celles en silicium monocristallin, les premières étant moins efficaces mais aussi moins onéreuses que les secondes. Il y a les cellules rigides et il y a les cellules souples, les secondes étant plus chères car beaucoup plus adaptables que les premières. Il y a aussi les cellules de grande taille et les cellules miniaturisées, les premières étant naturellement plus puissantes que les secondes.

Les critères de choix des cellules solaires

En vue de construire son panneau solaire, l’acheteur doit se baser sur trois critères essentiels relatifs aux cellules photovoltaïques, à savoir la puissance, le coût et l’encombrement. Tout va en effet dépendre du voltage et de la puissance recherchés mais aussi du budget disponible. La tension d’une cellule varie de 1V à 6V et il faut faire après un assemblage en série ou en parallèle ou les deux. La cellule d’un panneau miniaturisé peut avoir 6 mm de coté tandis que celle d’un panneau de toit peut en avoir 20 cm. Suivant sa taille, une cellule génère entre 50 mA et 500 mA. Quant à la souplesse d’installation, une cellule solaire souple peut se courber de 30 °. Pour moins de 5 €, on peut avoir une cellule polycristalline de 1V délivrant 200 mA tandis qu’il faut environ 25 € pour avoir une cellule monocristalline de 6V/160 mA. C’est la performance recherchée qui va déterminer avant tout le choix du type de cellule solaire sur lequel sera fondé un panneau solaire. Vous n’allez pas vous munir de mini-cellules polycristallines pour construire un panneau destiné à une maison équipée. Un calcul de puissance et un plan d’aménagement s’imposent pour déterminer la surface et la flexibilité du panneau à construire.

Comment réussir l’isolation de ses combles ?

Pour améliorer le confort thermique de votre maison, l’isolation des combles est une étape indispensable. La déperdition de chaleur est généralement plus grande à ce niveau. Il est donc important d’isoler pour faire des économies considérables sur la facture de chauffage. Mais, pour cela, il faudrait que les travaux soient bien réalisés. Découvrez dans cet article comment réussir de tels travaux !

Respectez les critères de performance lors de l’isolation des combles

Longtemps négligée au sein des ménages, l’isolation des combles est primordiale pour le confort de votre maison. Ainsi, pour réussir les travaux, il est indispensable de toujours choisir les isolants en fonction de leurs performances. Il existe à cet effet une réglementation en la matière (RT 2012) qui fixe les coefficients à respecter aussi bien en rénovation que pour une construction neuve. Cette loi s’inscrit dans une démarche Eco isolation.

La recherche de matériaux revient à vous intéresser à la notion de coefficient de résistance thermique R. Il doit être de :

  • 8 m² . K/W pour une construction neuve ;
  • 7 m². K/W pour l’isolation de plancher de combles perdus ;
  • 6 m². K/W pour l’isolation de rampants de toiture.

Le respect de ces critères vous permettra ainsi de bénéficier d’un

crédit d’impôt de 30 % en rénovation

Pourquoi passer à la maintenance prédictive pour les machines-outils

La maintenance prédictive est indispensable au développement de l’industrie du futur. Avec une promesse d’économie de 630 milliards de dollars d’ici 2025, selon une étude réalisée par le cabinet McKinsey, la maintenance prédictive promeut l’industrie à un avenir brillant dans un futur proche. Et de nombreux avantages non négligeables se font déjà ressentir au fur et à mesure que le processus s’intègre dans le quotidien des industries.

La maintenance prédictive : quèsaco ?

La maintenance prédictive ou prévisionnelle est une approche qui consiste à collecter et analyser les données d’un équipement industriel en vue d’anticiper une panne et d’en maîtriser les conséquences directes. A partir des données collectionnées, un système d’alertes peut être mis en place pour prévenir une éventuelle panne et intervenir en amont. Grâce à la maintenance prédictive, l’arrêt des machines est entièrement sous contrôle. L’industrie réduit ainsi ses stocks de pièces de rechange et augmente la durée de vie de ses machines.

Au-delà de la maintenance curative, la maintenance prédictive concerne aussi la planification des interventions de maintenance en fonction des moyennes d’utilisation. Les prédictions de panne se basent essentiellement sur la fréquence d’utilisation réelle d’un équipement. Grâce à la maintenance prédictive, les opérations de maintenance sont optimisées et les dépenses mieux contrôlées.

La maintenance prédictive pour satisfaire les besoins de la clientèle

Contrairement à la maintenance corrective, l’approche prédictive est proactive. Elle permet d’anticiper les défaillances et les pannes d’une machine et d’en établir au préalable un calendrier d’intervention. Grâce à la maintenance prédictive, le fournisseur intervient uniquement à la demande, et en fonction des signaux émis par une machine éventuellement en panne. L’intervention suit donc une logique de flux tiré, basé sur l’état réel de la machine, et non un calendrier théorique.

Les multitudes de possibilités offertes par la technologie moderne permettent d’anticiper les pannes de manières diversifiées :

  • Par l’implantation de capteurs (IoT) qui permettent de remonter plusieurs milliers de données au quotidien.
  • Par la modélisation d’un schéma de panne basée sur l’historique de fonctionnement des machines. Il permet de définir les symptômes et les origines de la panne.
  • Par le développement et l’optimisation d’algorithmes prédictifs qui définissent les seuils d’alerte.
  • L’écologie : au cœur des arguments de vente des marques

    Aujourd’hui, les consommateurs sont de plus en plus sensibles au développement durable et à la protection de l’environnement, en témoigne la montée en puissance du bio. Ainsi, pour améliorer l’image de marque, les enseignes se convertissent au vert. Elles montrent leur engagement pour l’écologie à l’aide de plusieurs stratégies, telles que les actions de communication, le mécénat ou encore l’utilisation des emballages écoresponsables.