Les principaux atouts de la spectrométrie IR-TF

La filière laitière est soumise à différentes normes sanitaires. Avant de commercialiser du lait ou d’autres produits dérivés, les éleveurs et les industriels doivent analyser la composition de leur production. Pour ce faire, les acteurs usent de différents procédés, dont la spectrométrie IR-TF. Forte de sa précision et de sa rapidité d’exécution, cette méthode occupe une place de plus en plus importante dans ce secteur.

La spectrométrie IR-TF : une technologie innovante

Cette technique consiste à observer l’absorption des rayons infrarouges. Des études ont effectivement prouvé que les liaisons chimiques au sein d’une chaîne carbonée absorbaient ce type de rayonnement à certaines longueurs d’onde. Il suffit donc d’exposer un échantillon à un faisceau infrarouge pour déterminer sa composition moléculaire. En pratique, cette expérience vise à produire un spectre IR qu’on doit encore interpréter pour obtenir des résultats précis.

La première génération de spectromètres ne convenait pas à une utilisation en milieu industriel. La réalisation d’une seule analyse nécessitait de longues préparations. Il fallait patienter pendant plus d’une demi-heure pour que le dispositif fournisse un spectre IR. Pour pallier cet inconvénient, les fabricants ont eu la bonne idée d’intégrer un interféromètre à l’appareil. Cette innovation a permis de gagner du temps de traitement et c’est ainsi que la technique IR-TF (Fourier Transform InfraRed spectroscopy) a vu le jour. Effectivement, cette méthode requiert l’application d’une transformation de Fourier pour obtenir des données spectrales. Malgré sa technicité, cette approche s’intègre parfaitement à la chaîne de production des industries laitières. Les spectrophotomètres récents donnent les moyens d’automatiser la réalisation des analyses, de la préparation des échantillons jusqu’à l’interprétation des résultats. 

Une technique de plus en plus utilisée dans l’industrie laitière

La spectrométrie IR-TF trouve naturellement sa place dans l’industrie laitière. Elle répond parfaitement aux besoins des industriels avec sa rapidité de mise en œuvre. Utiliser un spectrophotomètre infrarouge permettra d’analyser des échantillons de lait à une cadence élevée et sans solliciter des intervenants externes. Les spectromètres de dernière génération offrent de nombreuses possibilités. Chaque calibration opérée pourra être sauvegardée pour de futures utilisations. Ainsi, il n’est pas nécessaire de procéder à de longues préparations si l’on souhaite accéder à la composition fine d’un prélèvement de yaourt ou d’autres produits. Il s’agit d’une fonctionnalité intéressante garantissant l’obtention de résultats fiables.

Plusieurs fournisseurs d’analyseur de ce type sont aujourd’hui présents. En voici un exemple : https://www.bentleyinstruments.fr/industrie/dairyspec-ft. Les intéressés ont la possibilité de consulter les catalogues des fabricants en ligne. Ce dispositif peut être couplé un compteur de cellules somatiques. Grâce à ce second appareil, les industriels arriveront à effectuer une complète analyse du lait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *