Utiliser des robots industriels : pour quelles raisons et comment faire ?

C’est certain, la robotique industrielle sera l’avenir de nombreuses entreprises et industries de production. Elle connaît un succès incomparable grâce aux avantages qu’elle procure, surtout au niveau de la production. Mais pour mener à bien la robotisation, il vaut mieux prendre quelques précautions.

Zoom sur les principaux avantages de la robotisation industrielle

En installant des robots, une société entame l’automatisation de sa ligne de production, que ce soit pour une partie ou pour l’intégralité. Les retombées de cette action se font vite ressentir au niveau de la qualité, de la précision et de la rapidité des tâches. Et c’est là tout l’intérêt d’adopter la robotisation industrielle. En effet, les machines guidées et programmées par IA (intelligence artificielle) exécutent les opérations avec une grande précision. Ce qui permet d’assurer une meilleure qualité du produit fini. Puisque les erreurs humaines sont moindres, voire inexistantes, les délais de livraison seront respectés. De quoi faire plaisir aux clients souvent pressés.

COMMENT AVOIR DE L’ELECTRICITE VERTE ?

On évite de plus en plus les sources d’énergie polluantes et le citoyen vraiment consciencieux ne se contente plus de n’utiliser que de l’énergie verte. Il soucie aussi de la qualité écologique de la source de cette énergie. Aussi ne se se bornera-t-il à utiliser exclusivement l’électricité chez lui mais évitera l’électricité provenant d’un groupe électrogène fonctionnant à l’énergie fossile. Où trouvera-t-il de l’électricité proprement verte dans ce cas ?

Energie verte et électricité verte

L’électricité était toujours là depuis des siècles mais c’est seulement maintenant qu’on parle d’électricité verte. Quand est-ce qu’elle mérite ce qualificatif ? Uniquement quand elle est produite à partir de sources d’énergie renouvelable. C’est le cas lorsqu’elle provient de l’énergie solaire, de l’énergie éolienne, de l’énergie houlomotrice, de l’énergie marémotrice, de l’énergie hydraulique ou de la biomasse. Récemment, il y a l’hydrogène qui est entré dans la production d’électricité verte en s’associant à la pile à combustible. C’est avec ce vecteur d’énergie que s’animent les motorisations des voitures à hydrogène et des groupes électrogènes révolutionnaires d’un côté et que s’approvisionnent certains réseaux d’électricité publique verts et pionniers de l’autre côté. Cette énergie est verte car elle est sans émissions polluantes, ne produit pas de gaz à effet de serre. Elle a l’avantage de permettre à son utilisateur de n’investir dans le dispositif qu’une seule fois, de ne pas dépendre des sources d’énergie fossile et de la variabilité de leurs prix et de contribuer à la restauration de l’environnement.

La filière Bois fait sa révolution des ressources

L’industrie des panneaux à base de bois est confrontée à deux défis : répondre à la très forte demande du marché, et améliorer la qualité des produits tout en intégrant plus de matériaux recyclés. Le développement actuel du marché offre une énorme opportunité aux fabricants de panneaux à base de bois. L’utilisation de matériaux recyclés de haute qualité leur permet de produire des panneaux à base de bois de qualité supérieure, d’obtenir des rendements et des productions plus élevés tout en profitant de réductions de coûts considérables, en préservant les ressources naturelles et en diminuant les émissions de CO2.

Gros plan sur l’automatisme industriel

Dans les entreprises de production, nombreux sont les travaux qui s’effectuent de manière répétitive. Auparavant, ils requièrent l’emploi d’un grand nombre de personnes. Mais aujourd’hui, l’automatisme industriel prend le relais. Cette technique a permis de limiter l’intervention humaine tout en améliorant la productivité. Mise au point.

Quels sont les avantages à adopter l’automatisme industriel ?

Le principe de l’automatisme est simple : limiter les mains-d’œuvre humaines dans le processus de production. Concrètement, il s’agit de mettre au point des mécanismes d’exécution sans l’intervention de l’homme. Pour cela, on recourt à un API (pour Automate Programmable Industriel). Cette méthode vise divers secteurs et ses avantages sont nombreux. Dans le domaine alimentaire, les professionnels ont pu augmenter le nombre et la qualité de leur offre. Pour l’agriculture, cette technologie optimise les performances des outils utilisés. Dans le monde du transport, la fabrication de véhicules qui était difficile et chronophage devient plus facile et plus rapide. Par ailleurs, dans les industries textiles, l’adoption d’une telle approche a pour conséquence de minimiser les surcharges de travail.

Astuces pour améliorer une activité industrielle

Dans le cadre des activités d’entreprise, les secteurs industriels sont les plus productifs lorsqu’ils sont bien étudiés. Les systèmes d’automatisation offrent des avantages par rapport à la production manuelle. Il est donc dans l’intérêt des sociétés industrielles d’adopter cette technologie. Par ailleurs, une formation est nécessaire pour ceux qui comptent se tourner vers cette amélioration.

Quels sont les intérêts et les limites de l’automatisation ?

L’automatisation se définit tout simplement par l’usage des machines pour la production des produits en entreprise. Ainsi, certaines tâches seront faites par des machines au lieu de les confier à des travailleurs utilisant des procédés manuels. Évidemment, les machines programmées travaillent plus vite et plus précisément. Une machine garde également son rythme de travail, car il ne fatigue pas, contrairement à un travailleur. Il faut toutefois l’entretenir régulièrement. Son utilisation permet, non seulement, de produire constamment en plus grande quantité, mais est aussi parfois plus économique. A noter que le total des salaires peut coûter plus cher que l’utilisation d’une machine. Par définition, industrialiser un moyen de production impliquant l’utilisation des machines industrielles. On ne peut pas parler de production industrielle sans l’utilisation de machine. Ce terme englobe les méthodes de production à grande échelle.

Les réglementations autour de la sécurité électrique industrielle

La sécurité électrique d’une installation et de son l’environnement dépend grandement de la qualité des matériels et accessoires qui le composent. Les réglementations et les normes internationales qui s’appliquent aux matériels électriques industriels veillent pour s’en assurer.

Normes internationales et normes étrangères

Pour pouvoir être mis à disposition sur les marchés internationaux, les matériels électriques doivent être conformes aux normes internationales. Les prises de courant pour usages industriels sont gérées par la IEC/EN 60309-1 ; les prises de courant et les prises mobiles avec interrupteur dotées ou non de dispositif de verrouillage par la IEC/EN 60309-4 ; l’appareillage à basse tension incluant les interrupteurs ; les sectionneurs, les interrupteurs sectionneurs et les combinés fusibles par la IEC/EN 60947-3 ; les connecteurs par la IEC/EN 61984. Pour être acceptées aux Etats-Unis, les prises doivent être conformes aux normes UL 2682 et UL 1682 et à la AS 3123 pour l’être en Australie. La France a ses normes qui sont la NF C 15-100 régissant la basse tension et les NF C 13-100 et 13-200 régissant la haute tension.

Concernant les directives européennes

Tant qu’ils sont destinés au marché européen, les produits électriques doivent porter le marquage CE tout en étant conformes aux directives européennes dont notamment la Directive Basse Tension N°2014/35/UE pour les prises électriques à usage industriel et la réglementation ATEX (Atmosphères Explosives) 2014/34/UE pour les prises de courant destinées à être utilisées en atmosphères explosibles. Par ailleurs, les matériels électriques amovibles et pouvant être raccordés entre eux font l’objet d’un arrêté ministériel datant du 20/12/2011 disant dans son article 6 que « la réunion ou la séparation de deux constituants de courant assigné supérieur à 32 ampères ne doit pouvoir s’effectuer que hors charge ».

L’exemple d’une prise industrielle triphasée 32A

Une prise industrielle triphasée 32A destinée à une installation électrique industrielle et vendue sur le marché européen doit posséder des critères de sécurité dont par exemple un indice de protection IP44 relatif à l’étanchéité lui permettant d’être installée en extérieur. Une telle qualité lui garantit une protection contre les projections d’eau de toutes directions, qu’elle soit mâle ou femelle. Elle devra évidemment être conforme à la norme CE 60309. Visant la protection de la santé et la sécurité des personnes, des animaux domestiques et des biens, les directives et normes françaises, étrangères, européennes et internationales intéressent entre autres les produits électriques industriels. Le marquage CE garantit la conformité vis-à-vis des normes européennes et le marquage CEI celle vis-à-vis des normes internationales.

Comment choisir la fraise idéale pour réussir son fraisage ?

Dans le domaine de l’industrie, il y a mille façons de sculpter les pièces mécaniques. Parmi elle, il y a le fraisage. Cette technique consiste à utiliser des machines-outils appelées « fraiseuses ». Un fraisage réussi dépend énormément du type de fraise utilisé.

Opter pour une fraise adaptée à ses besoins

La fraise est l’outil de fraisage par excellence. Il convient donc de bien la choisir. Elle est soit fabriquée en acier soit avec du carbure. Celles en acier sont dotées d’une bonne qualité de coupe. Toutefois, la fraise carbure se distingue par sa capacité à fournir diverses vitesses de coupe. Elle résulte d’un mélange entre plusieurs substances et en fonction de la quantité de chaque élément, elle sera plus faible ou plus dure. Il existe plusieurs modèles de fraises : fraise d’angle, fraise à carotter, fraise à chanfreiner, fraise concave etc…Elles ont chacune leurs propres spécificités. Chaque catégorie sera mise en avant selon le résultat attendu et le type d’opération que l’utilisateur va réaliser. Les opérations sont multiples : surfaçage, fraisage de profils, usinage de la denture et encore bien d’autres. La fraise d’ébauche permet, par exemple, d’enlever une quantité considérable de métal avec très peu d’effort. Tandis que la fraise de finition est, comme son nom l’indique, une fraise qui permet de perfectionner les dernières étapes du fraisage. Par ailleurs, il faut sélectionner le nombre de dents de chaque fraise toujours en fonction de son usage. La fraise à deux dents est parfaite pour le rainurage. Celles à quatre dents sont mieux adaptées au fraisage mixte et le contournage. Plus les dents sont nombreuses, plus l’outil sera résistant.

Désalinisation de l’eau de mer : comment ça marche ?

Le dessalement de l’eau (aussi appelé dessalage ou désalinisation) est un processus permettant d’obtenir de l’eau douce à partir d’eau salée. Il est normalement plus simple et plus économique de rechercher à traiter des sources d’eau douce, telles que les lacs, les rivières ou encore les nappes phréatiques.

L’eau douce une ressource inégalement partagée

Néanmoins, ces sources sont inexistantes ou deviennent insuffisantes dans certains pays, puisqu’une dizaine de pays se partage 60% des ressources mondiales d’eau douce. En effet, l’eau potable est de plus en plus convoitée partout dans le monde. Plus d’un tiers de la population mondiale vit dans un pays sous stress hydrique et on estime que cette proportion atteindra les deux tiers en 2025, ce qui représente près de 3 milliards d’êtres humains d’après le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Tout savoir sur la fabrication additive

Plus communément appelée « impression 3D grande série », la fabrication additive est un processus de conception et fabrication de produits, issu de l’assemblage de couches successives. Elle est principalement sollicitée dans le secteur industriel, technique, automobile et aérospatial. À la différence de la fabrication soustractive, ce procédé permet de réaliser un objet réel à partir d’un dessin en 3D. Ce dernier est découpé en tranches par un logiciel spécifique pour former les différentes couches. Ce sont ensuite ces couches qui vont être assemblées et solidifiées par l’imprimante 3D, afin d’obtenir le résultat final. C’est ainsi l’addition de toutes ces couches qui va créer le volume de la pièce.

Les innovations dans le domaine des tracteurs

Autonome, électrique ou à essence, sans volant, le tracteur autonome est devenu le centre de toutes les informations agricoles. L’idée d’un véhicule à moteur fonctionnant sans conducteur au volant semblait impossible il y a encore quelques années. Cependant, la conduite autonome est aujourd’hui devenu l’innovation majeure de ces nouveaux tracteurs.

Un tracteur connecté, autonome et polyvalent

Le tracteur autonome, par sa technologie, est l’exemple parfait de la modernisation des machines agricoles. Ce nouveau type de tracteur permet une conduite de manière automatisé grâce aux caméras, radars et au GPS qui sont placés dans la cabine. Il existe également sur le marché des tracteurs autonomes qui offrent la possibilité de combiner un mode automatique avec un mode manuel. Avec leur robustesse ces tracteurs sont capables d’effectuer n’importe quelle tâche sur le terrain. Ils peuvent être utilisés à n’importe quelle saison, de jour ou de nuit, même en cas d’intempérie. En cherchant bien, il est même désormais possible de trouver tracteur d’occasion si l’agriculteur ne dispose pas du budget adéquate.

Une prouesse technologique au service de la terre

Ces machines agricoles d’un nouveau genre sont programmées à travers une application qui permet d’enregistrer l’itinéraire que le tracteur effectue, ainsi que les activités qu’il doit réaliser. Par conséquent, l’agriculteur bénéficie d’une aide complémentaire non négligeable pour réaliser une grande partie du travail à faire sur ses terres. De plus, grâce aux radars embarqués, le tracteur autonome est capable de détecter les obstacles qu’il rencontre en cours de route pour les éviter.

Les avantages du tracteur autonome

L’avantage essentiel du tracteur autonome est qu’il libère l’agriculteur de nombreuses tâches, afin qu’il puisse consacrer son temps à d’autres activités liées au développement de ses cultures et de son entreprise. Ce type de véhicule est sans danger pour les personnes travaillant la terre en même temps, car il dispose de capteurs de détection de mouvement. Ce tracteur collecte également des données sur la terre au fur et à mesure de son fonctionnement, afin de transmettre des informations précises sur les cultures. Par ce biais, l’agriculteur est en mesure de connaître les données que l’appareil enregistre chaque fois qu’il fonctionne pour effectuer le travail. De plus, son moteur révolutionnaire offre les mêmes performances et la même durabilité que son équivalent standard, mais ses coûts d’exploitation sont bien inférieurs. Le prix des tracteurs autonomes peut être trop couteux pour les agriculteurs disposant de petites structures agricoles. Il s’agit de machines qui sont plutôt réservées aux grosses exploitations disposant de personnels hautement qualifiés pour manœuvrer ces tracteurs à la pointe de la technologie