Comment faire le bon choix de cellules solaires

Un panneau solaire vaut-il un quelconque autre ? La réponse est non puisque les panneaux diffèrent les uns des autres essentiellement par les caractéristiques de leurs cellules. Comment bien choisir celles qui conviennent à votre projet de panneau photovoltaïque ?

La nature et le rôle de la cellule solaire

La cellule solaire est le composant élémentaire de tout panneau photovoltaïque. Sa matière principale est le silicium que le rayon lumineux frappe afin de libérer des électrons. La mise en circulation des électrons libérés, et donc du courant, se fait par un circuit conducteur en boucle. Une cellule a une tension, une puissance et un taux de rendement. 10 % de rendement pour le silicium polycristallin et 15 % pour le silicium monocristallin. C’est de la quantité et des dimensions de ses cellules raccordées entre elles dont dépend la puissance d’un panneau solaire donné.

Les différents types de panneaux solaires

Un panneau est fait de cellules solaires et il y a des différences majeures au niveau des cellules. Il y a les cellules en silicium polycristallin et celles en silicium monocristallin, les premières étant moins efficaces mais aussi moins onéreuses que les secondes. Il y a les cellules rigides et il y a les cellules souples, les secondes étant plus chères car beaucoup plus adaptables que les premières. Il y a aussi les cellules de grande taille et les cellules miniaturisées, les premières étant naturellement plus puissantes que les secondes.

Les critères de choix des cellules solaires

En vue de construire son panneau solaire, l’acheteur doit se baser sur trois critères essentiels relatifs aux cellules photovoltaïques, à savoir la puissance, le coût et l’encombrement. Tout va en effet dépendre du voltage et de la puissance recherchés mais aussi du budget disponible. La tension d’une cellule varie de 1V à 6V et il faut faire après un assemblage en série ou en parallèle ou les deux. La cellule d’un panneau miniaturisé peut avoir 6 mm de coté tandis que celle d’un panneau de toit peut en avoir 20 cm. Suivant sa taille, une cellule génère entre 50 mA et 500 mA. Quant à la souplesse d’installation, une cellule solaire souple peut se courber de 30 °. Pour moins de 5 €, on peut avoir une cellule polycristalline de 1V délivrant 200 mA tandis qu’il faut environ 25 € pour avoir une cellule monocristalline de 6V/160 mA. C’est la performance recherchée qui va déterminer avant tout le choix du type de cellule solaire sur lequel sera fondé un panneau solaire. Vous n’allez pas vous munir de mini-cellules polycristallines pour construire un panneau destiné à une maison équipée. Un calcul de puissance et un plan d’aménagement s’imposent pour déterminer la surface et la flexibilité du panneau à construire.

Pourquoi passer à la maintenance prédictive pour les machines-outils

La maintenance prédictive est indispensable au développement de l’industrie du futur. Avec une promesse d’économie de 630 milliards de dollars d’ici 2025, selon une étude réalisée par le cabinet McKinsey, la maintenance prédictive promeut l’industrie à un avenir brillant dans un futur proche. Et de nombreux avantages non négligeables se font déjà ressentir au fur et à mesure que le processus s’intègre dans le quotidien des industries.

La maintenance prédictive : quèsaco ?

La maintenance prédictive ou prévisionnelle est une approche qui consiste à collecter et analyser les données d’un équipement industriel en vue d’anticiper une panne et d’en maîtriser les conséquences directes. A partir des données collectionnées, un système d’alertes peut être mis en place pour prévenir une éventuelle panne et intervenir en amont. Grâce à la maintenance prédictive, l’arrêt des machines est entièrement sous contrôle. L’industrie réduit ainsi ses stocks de pièces de rechange et augmente la durée de vie de ses machines.

Au-delà de la maintenance curative, la maintenance prédictive concerne aussi la planification des interventions de maintenance en fonction des moyennes d’utilisation. Les prédictions de panne se basent essentiellement sur la fréquence d’utilisation réelle d’un équipement. Grâce à la maintenance prédictive, les opérations de maintenance sont optimisées et les dépenses mieux contrôlées.

La maintenance prédictive pour satisfaire les besoins de la clientèle

Contrairement à la maintenance corrective, l’approche prédictive est proactive. Elle permet d’anticiper les défaillances et les pannes d’une machine et d’en établir au préalable un calendrier d’intervention. Grâce à la maintenance prédictive, le fournisseur intervient uniquement à la demande, et en fonction des signaux émis par une machine éventuellement en panne. L’intervention suit donc une logique de flux tiré, basé sur l’état réel de la machine, et non un calendrier théorique.

Les multitudes de possibilités offertes par la technologie moderne permettent d’anticiper les pannes de manières diversifiées :

  • Par l’implantation de capteurs (IoT) qui permettent de remonter plusieurs milliers de données au quotidien.
  • Par la modélisation d’un schéma de panne basée sur l’historique de fonctionnement des machines. Il permet de définir les symptômes et les origines de la panne.
  • Par le développement et l’optimisation d’algorithmes prédictifs qui définissent les seuils d’alerte.
  • L’écologie : au cœur des arguments de vente des marques

    Aujourd’hui, les consommateurs sont de plus en plus sensibles au développement durable et à la protection de l’environnement, en témoigne la montée en puissance du bio. Ainsi, pour améliorer l’image de marque, les enseignes se convertissent au vert. Elles montrent leur engagement pour l’écologie à l’aide de plusieurs stratégies, telles que les actions de communication, le mécénat ou encore l’utilisation des emballages écoresponsables.

    Pourquoi réaliser un dessin industriel ?

    Lorsqu’on travaille dans des secteurs industriels, élaborer un plan reste une étape préliminaire dont on ne doit jamais louper. Certes, réaliser un dessin technique prend un sens dans la mesure où on souhaite se projeter dans le concept et faire une analyse de tous les éléments qui entrent en jeu. Mais est-ce vraiment indispensable ?

    Le dessin technique en amont de son projet

    Lorsqu’on envisage de bâtir un hôtel, tout commence par le choix du concept. Ainsi, il va falloir apporter un croquis de ce concept en lui donnant un nom, un visage et une forme. Si on prend pour exemple l’hôtel, un dessinateur doit imaginer le concept parfait en tenant compte de la situation du bâtiment et donc, de son emplacement, de son orientation, de sa structure, de sa hauteur et même de sa forme. Bref, autant de détail qui peut s’échapper facilement si on aborde le dessin manuel. En somme, il fut un temps où on dessinait un croquis sur une table de dessin, on peut perdre non seulement du temps et des mois et des mois mais aussi des papiers, des crayons… aujourd’hui, cette époque est bien révolue avec l’apparition de logiciel de dessin industriel. A ce titre, cet outil ne se refuse pas dans la mesure où on dispose d’un temps de travail plus réduit ou lorsqu’on souhaite faire des économies notamment sur le coût de la production. Mais les avantages ne s’arrêtent pas car un logiciel de dessin technique simplifie aussi l’usage, nul besoin alors d’être un as du dessin pour parvenir à mettre au point son concept. On travaille simplement sur des axes. En d’autre mot, réaliser un dessin technique donne une bonne visualisation de ce que doit être son futur bâtiment.

    Une analyse de faisabilité

    Le dessin technique permet aussi de faire une analyse concrète de la faisabilité de son projet en s’appuyant d’ailleurs sur un cahier de charge. En général, cette étude se porte sur la réalisation du concept de A à Z en partant du principe qu’il doit exactement correspondre aux exigences du client et au respect de l’environnement. Certes, un dessin industriel permet aussi de bien communiquer toutes les données de ce projet notamment les dimensions, la structure, la forme, le nombre des fenêtres et des portes mais encore l’orientation du bâtiment, les caractéristiques et mêmes les matériaux que l’on va utiliser. C’est à partir de ce dessin que le client peut ajouter ou réduire les éléments du concept ou alors de revoir ou non son budget. Il va alors tenir compte des dépenses relatives à la réalisation et parfois même les risques qui peuvent se produire. En d’autres termes, réaliser des croquis ou autres dessins donnent alors la possibilité d’anticiper les risques ou les besoins futurs, de se préparer aux risques et même de gérer toutes les contraintes liées aux étapes de déroulement du projet. Mais pour bien avancer, autant user d’un logiciel de dessin industriel. Bref, lorsqu’on est un dessinateur confirmé, toujours est-il de choisir les bons outils pour bien convaincre son client et un bailleur de fond de la faisabilité et de la viabilité de son projet.

    Rappel sur les différents types de dessin

    Dans la phase de conception, on peut être confronté à plusieurs dessins. Ainsi, pour rester plus habile, il est conseillé d’utiliser un logiciel de dessin industriel polyvalent. Pour y voir plus clair, autant passer en revue les différents types de dessins industriels pour ne citer que le croquis, le schéma, le dessin d’ensemble, le dessin de définition, le dessin de fabrication et le dessin de détail. Quel que soit alors le type de dessin à réaliser, on peut toujours se fier à un logiciel de dessin technique avec des fonctionnalités intégrées.

     

     

    Les techniques d’usinage en série

    Travaillant avec des entreprises d’automobile et d’ingénierie, les professionnels en travaux d’usinage sont spécialisés dans la fabrication de machines spéciales et d’outillages. Pour mener à bien leurs missions, ils mettent en œuvre différentes techniques afin d’obtenir des résultats avec une grande précision.

    Quelles sont les différentes techniques d’usinage en série ?

     Tout d’abord, l’usinage en série regroupe l’ensemble des techniques de conception de pièces mécaniques au moyen d’une machine-outil. L’objectif est de donner à une pièce brute, la forme désirée en enlevant de la matière. Ce qui va permettre d’obtenir la forme voulue avec précision. Le processus fait ainsi appel à plusieurs techniques, dont les plus courantes sont le tournage, le perçage et le fraisage. La première méthode consiste à extraire de la matière sur une pièce mécanique. Cette dernière est fixée dans une pince ou un mandrin. La pièce est en rotation et l’outil coupant peut rogner l’intérieur ou l’extérieur de celle-ci selon un mouvement d’avance. Les machines de tournage peuvent être conventionnelles ou assistées par ordinateur.

     

    La méthode du perçage est un procédé qui vise à faire un trou dans la matière au moyen d’un matériel de coupe en rotation. Il s’agit en fait d’un usinage basique et stratégique en mécanique. Les trous de perçage peuvent être effectués avec une fraise ou un foret. Les outils utilisés lors de cette opération dépendront du diamètre du trou à percer. Pour ce qui est du dernier processus, il consiste à enlever de la matière sur une pièce mécanique pour pratiquer un trou cylindrique et une gorge. Comme son nom l’indique, l’outil employé pour le fraisage est la fraise qui est montée sur une fraiseuse. D’autres techniques peuvent s’ajouter aux précédentes dans le cadre de la préparation de la matière, des étapes de finition et du traitement pour durcir la pièce.

    Pourquoi faire appel à un professionnel pour effectuer cette opération ?

    Pour concrétiser un tel projet, le recours à l’expertise d’un professionnel dans le domaine est de mise. Maîtrisant ces différentes techniques sur le bout des doigts, il saura reproduire exactement les souhaits de ses clients. Pour ce faire, il doit en amont définir la dimension de l’interférence entre la matière et l’outil de coupe. Dans un premier temps, il procèdera à un travail de forme, c’est-à-dire: il va déterminer la surface de la matière en fonction de la forme de l’outil.

     

    L’étape suivante est le travail d’enveloppe, qui est la conjonction des mouvements définis par la rotation sélectionnée à l’avance. Ensuite, il poursuit l’opération par la phase de prototype qui est une phase-clé du développement. En effet, au-delà des pièces en résine, cette phase permet au spécialiste de réaliser les premières pièces sur des moyens de fabrication représentatifs de la série. Outre ces prototypes, le technicien est à même de réaliser de nouveaux essais d’usinage permettant de faire évoluer les process habituels.

    Aperçu sur les méthodes de contrôle qualité employé dans le secteur industriel

    L’industrie est le pilier de l’économie française bien que le secteur secondaire n’emploie qu’un faible pourcentage de la population française. Cela s’explique en partie par l’usage d’appareils à la pointe de la technologie permettant de se passer d’une main d’œuvre importante. Ceci dit, des personnes doivent toujours intervenir pour contrôler la qualité des produits finis.

    Tout savoir sur le nettoyage industriel

    Les ouvriers sont amenés à manipuler de nombreux types de produits au sein d’une usine. Pour leur sécurité, mais aussi pour assurer la propreté des lieux, un nettoyage fréquent est requis. Cette opération doit répondre à certaines normes spécifiques pour se débarrasser des germes et des substances potentiellement dangereuses. Les entreprises œuvrant dans le secteur industriel ont donc intérêt à utiliser des équipements adaptés.

    L’impression 3D : une technologie qui suscite l’intérêt des industriels

    Les nouvelles technologies affectent incontestablement le fonctionnement des entreprises. Après l’ère de l’informatisation, la dématérialisation commence aussi à s’imposer. Depuis quelques années, les industriels s’intéressent également à des procédés innovants comme  l’impression 3D. D’ailleurs, quelques sociétés contactent une imprimerie 3D pour faciliter le prototypage de leurs nouveaux produits.

    Le Profilomètre : un outil utilisé dans de nombreux domaines

    On est assez loin de l’époque où pour augmenter ses ventes, il fallait trouver une idée révolutionnaire. Actuellement, chaque secteur est marqué par une forte concurrence et les innovations ne manquent pas. Aussi, pour se démarquer, il faut miser sur les détails et peaufiner la finition des produits. D’ailleurs, un outil spécifique a été créé à cet effet appelé le profilomètre.

     

    Un outil pratique pour un grand nombre de domaines

    Le profilomètre ou  le rugosimètre est un outil permettant de mesurer