Métallurgie : le cuivre et ses alliages

Ces matières métalliques rouges orangées ou jaunes orangées avec de nombreuses nuances que nous voyons dans la vie quotidienne à travers différents objets de décoration, objets techniques et pièces de monnaies ne sont autre que des alliages du cuivre. Il y en a deux qui sont particulièrement populaires.

Les alliages du cuivre

Le cuivre est ce métal largement utilisé par l’homme depuis les anciennes époques en raison de ses grandes qualités en conduction électrique et thermique. C’est pour le rendre mécaniquement plus résistant et mieux apte à l’usinage que ses alliages binaires et ternaires ont été créés. Aussi y a-t-il le cupro-nickel dont sont faites des pièces de monnaie et la protection des coques de navires, le cupro-aluminium avec lequel on fabrique certaines autres pièces immergées des navires marins, le cuivre à l’argent qu’on utilise pour certaines pièces des moteurs électriques et le cuivre au chrome dont sont faits certains éléments de freins, les panneaux de lingotières et les électrodes de soudure.

Le cas particulier du bronze

S’il y a un alliage du cuivre que le monde a connu depuis longtemps, c’est le bronze. Statues, monnaies, canons, médailles et cloches de toutes les époques sont des objets dont la fabrication a fait appel au bronze. Le bronze est du cuivre mélangé avec 3 à 20 % d’étain. Le bronze est assez fragile mais résiste à l’usure et possède d’excellentes propriétés acoustiques, d’où les cloches de bronze. Il se combine aussi avec d’autres éléments. Avec du plomb, il est le shirome, avec l’argent, il est le shibuichi, avec le zinc, il est le sentoku et avec l’or, il est le shaduko.

Le cas particulier du laiton

L’alliage du cuivre le plus utilisé dans la vie pratique, c’est le laiton qui est un alliage de cuivre et de zinc à la base. Les alliages ternaires font intervenir le plomb, le chrome, l’étain et bien d’autres éléments. Il doit sa popularité à sa grande aptitude aux traitements métallurgiques comme l’emboutissage, l’usinage, le moulage, le décolletage et le matriçage. La densité du laiton tout comme sa couleur dépend de sa composition. Cette composition conditionne ses possibilités pour en faire des pièces de plomberie, des pièces de monnaie, de la visserie, des accessoires de bâtiment, des bijoux ou encore de la brasure. Le cuivre est la matière de base de nombreux alliages. Les plus populaires et les plus utilisés de ces derniers sont le laiton et le bronze depuis les époques reculées. Combiné avec d’autres métaux ou autres éléments avec grande science, le cuivre est ces pièces de monnaie, objets techniques et objets de décoration, entre autres, que nous trouvons dans notre quotidien.

La découpe de métal au laser : un procédé très utilisé dans l’industrie

Pour réaliser la découpe des métaux ferreux ou non ferreux, les industries sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers la technique de découpage au laser. Il s’agit d’une méthode basée sur le principe de la soustraction thermique de toute matière. Elle peut s’effectuer sur d’autres matériaux comme le bois ou le plastique. Pour réaliser l’opération, il faudra se munir d’un laser puissant et très précis. Tour d’horizon dans cet article.

La découpe de métal au laser : en quoi ça consiste ?

La découpe au laser de métal consiste avant tout à cisailler des matériaux avec un laser performant. En focalisant le rayon laser sur une petite surface du métal, la température de la matière va s’élever jusqu’à fusion. L’utilisation d’un ordinateur va permettre de guider au mieux le laser et d’obtenir une grande précision. Une fois que le matériel atteint le métal, ce dernier va absorber les photons. Ceux-ci produisent une énergie thermiquement variable en fonction de la plus ou moins forte puissance du faisceau.

La sous-traitance : un incontournable dans le secteur de la mécanique industrielle

La sous-traitance consiste pour une société donneur d’ordre à recourir aux services et aux salariés d’une autre enseigne pour exécuter une mission. Une telle pratique présente plusieurs avantages dans le secteur de la mécanique industrielle. Le point complet  dans le présent article.

Quels sont les avantages de la sous-traitance ?

À l’heure qu’il est, la sous-traitance devient une pratique de plus en plus sollicitée. C’est une démarche dans laquelle une entreprise délègue, sous sa responsabilité, à un autre organisme local ou étranger une partie d’un marché. Elle peut, entre autres, faire réaliser ses pièces mécaniques à un établissement tiers afin de bénéficier d’une meilleure fonderie aluminium, par exemple. Cela permet non seulement de profiter d’une mutualisation des compétences, mais aussi de ressources matérielles et techniques. Le donneur d’ordre évite ainsi le sureffectif en interne. Il n’est pas obligé de faire une embauche supplémentaire pour un tel ou tel poste. C’est très pratique et plus économique dans le cadre d’un projet temporaire.

Comment protéger et redonner vie aux pièces métalliques ?

Si vous souhaitez redonner vie à vos vieux métaux, il vous est conseillé d’opter pour le thermolaquage. C’est en effet une technique efficace pour lutter contre la rouille et aussi pour bénéficier de résultats brillants et durables. Il convient de rappeler que le thermolaquage est un procédé qui consiste à recouvrir une pièce métallique avec une peinture spéciale.

La plupart des gens l’utilise pour redonner un aspect neuf à leurs équipements extérieurs, notamment aux portails, aux meubles de jardin et aux garde-corps, qui sont placés dans des conditions difficiles, mais il n’y a pas de mal non plus à l’appliquer sur des objets métalliques intérieurs.

Blaise S.A.

Spécialisé dans l’assemblage mécanique, Blaise S.A. existe depuis une trentaine d’années. La société est experte dans la réalisation d’éléments de fixations. Reconnue pour son sérieux, son dynamisme et sa faculté à varier ses produits, Blaise S.A. propose ainsi à ses clients un large choix de produits de fixation industrielle. L’entreprise opère dans de nombreux domaines d’activités comme le nucléaire, le secteur agricole, le secteur ferroviaire ou encore l’industrie.